Dans une France en pleine crise financière, sociale et même identitaire, nous voyons se lever des personnes de tous âges, de toute expérience, pleines d'ambition, de courage et de ténacité pour créer des sociétés à fort potentiel de croissance. Ces Startups sont de plus en plus nombreuses et, de mieux en mieux cernées et soutenues par les pouvoirs publics comme par les investisseurs. Depuis la labélisation FrenchTech, je suis cette tendance de très près et m’implique de plus en plus lors des événements du label.

Startup weekend Bordeaux Un ami proche m’a dernièrement parlé d’une idée que l’on pourrait développer et utiliser pour créer une start-up. Nous avons donc essayé de la définir au mieux et de penser aux fonctionnalités principales pour la mettre en œuvre. Lorsqu’un Startup Week-end fut organisé à Bordeaux nous nous y sommes donc inscrits afin d’éprouver notre concept. Nous n’avions, à vrai dire, qu’une idée assez vague de ce qui nous attendait. Personnellement, je voulais sortir de ma zone de confort en me mettant en situation difficile dans un environnement que j’apprécie sans trop le connaître.

Un Startup Weekend c’est cinquante-quatre heures pendant lesquelles des acteurs de toutes professions se réunissent pour partager des idées, monter des équipes, construire des projets et lancer des startups. Pendant ces cinquante-quatre heures, sont présents des coaches (fondateurs de startups, entrepreneurs, professionnels) qui sont là pour vous aider à combler certaines des lacunes de votre équipe. À la fin de ce week-end, les trois premières équipes sélectionnées gagnent des lots (support de business angels, incubations, marketing, design etc.)

Il s’agissait de ma première expérience de ce type. En effet, étant développeur je ne savais pas comment monter un Business Plan. J’ai donc appris très rapidement mais de façon pertinente à quoi sert réellement une étude de marché, un "executive summary" ou encore un canvas (mini Business Model). Je ne dis pas être un spécialiste aujourd’hui, mais je connais clairement leur importance et la façon de les réaliser.

L'équipe La démarche est originale dans le sens où - dans un pays où l'on voit plutôt le travail comme une corvée, les patrons comme des exploiteurs de force de travail et les salariés comme des charges fixes - on vous propose une vision toute autre. A partir d’une idée à laquelle on adhère, il faut développer avec des personnes que l’on ne connaît pas un projet commun et abouti qui sera alors présenté en 5 minutes chrono devant des investisseurs réels. Et tout ceci en cinquante-quatre heures. L'équipe doit trouver sa synergie, les forces positives doivent être mises en avant, les faiblesses clairement identifiées et faire l'objet de propositions pour les contrer. Les coûts doivent être justement estimés, les bénéfices calculés et les concurrents formellement positionnés.

Il ne s’agit pas, ici, d’avoir l’idée du siècle ; il suffit – oui c’est un mot qui pèse lourd – d’identifier un besoin d’une population, de le quantifier et de donner une réponse qui rapporte de l’argent. Car ces investisseurs valorisent autant l’idée que l’équipe et ses compétences.

Pour passer un bon "Startup weekend", il faut découper le temps en étapes. Le premier jour et demi, vous devez tester l’idée sous tous ses aspects, valider les fonctionnalités, définir le MVP, envoyer vos questionnaires à votre population cible. Le second jour, vous devez collecter les données (clients, besoins, partenaires) et préparer votre présentation, votre maquette, votre texte.

Les outils que j’ai trouvé essentiels sont un tableau, des post-it, un environnement de travail collaboratif (framapad, google drive, canvanizer.com ou autre). Le tableau est un excellent moyen pour afficher les choses à faire, en cours ou faites, créer une grille de validation d’idée, lister les bonnes idées, etc.

Il faut s’investir un maximum, mais il faut savoir décompresser en participant aux animations organisées par l’équipe du startup weekend. Les matchs de basket, les séances de zumba, les jeux en groupe sont autant de divertissements indispensables pour garder un bon moral que des moyens de rencontre et d’échange sur votre concept. Si une idée est validée par votre équipe, une dizaine de personnes répondant à vos questions représente une information à ne pas négliger.

Startup Weekend logo La principale difficulté consiste à monter une équipe qui regroupe les bonnes compétences et à faire en sorte que les membres agissent en synergie et non tout seul. En fait, le porteur de projet n’a pas le même rôle que les autres membres de l’équipe. Même s’il peut avoir des tâches ponctuelles à réaliser, il est surtout le ciment et le porteur du projet. Sa principale mission est de répartir les rôles, sélectionner et arrêter les idées qui seront conservées, fédérer les membres. Dès le début, il faut se concentrer sur les réponses à donner aux points qui seront jugés. Le reste peut être abordé mais qu’une fois que la présentation est maîtrisée sinon c’est une perte de temps. On ne demande pas de créer un projet qui va être mis en place immédiatement avec les détails techniques financiers et légaux mais de présenter clairement un projet réalisable qui peut rapporter.

Finalement, les apports de cette expérience sont considérables. Voir ce que l’on arrive à faire en cinquante-quatre heures de travail intense mais dans la bonne humeur, quand on est habitué à des projets qui mettent des mois à avancer avec des pressions excessives, reste vraiment encourageant et dynamisant. Il suffit de gérer ces un peu plus de deux jours comme la réalisation d’un projet auquel tous les participants adhèrent et donnent le meilleur d'eux-mêmes, même si parfois les idées s’échauffent.

Publié dans les catégories suivantes

bac a sable
comments powered by Disqus

Téléphone

+33 637 700 504

Adresse

Bordeaux, 33300
France